Le LIED accompagne la Mairie de Paris pour son projet Cour Oasis

Dans le cadre du déploiement de la Stratégie Résilience de la Mairie de Paris, le LIED, Météo France, le LIEPP (Science Po), le CAUE75 et la Ligue pour l’Enseignement accompagnent la Mairie de Paris dans son projet « Cours OASIS » de transformation de ses cours d’école et de collège en îlots de fraîcheur urbain. Cet accompagnement s’inscrit dans le cadre du projet européen FEDER UIA « OASIS » accepté lors de la 3e édition de l’appel à projet Actions Innovatrices Urbaines de l’Union Européenne. L’équipe Climat, Energie en Milieu Urbain (CEMU) du LIED et Météo France seront chargés de l’évaluation microclimatique et thermique d’une dizaine de cours qui seront mises en chantier pendant l’été 2020 grâce à des mesures effectuées in situ avant et après travaux.

Lien vers le projet Cour OASIS de la Mairie de Paris : https://www.paris.fr/actualites/les-cours-oasis-une-reponse-aux-defis-du-changement-climatique-6139


Le robot, miroir de l’animal

Au sein du laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain, le physicien José Halloy prône « un biomimétisme radical » : la machine doit s’approcher le plus possible du vivant, et jamais le contraire. Avec en ligne de mire une intelligence artificielle bioinspirée… et donc durable.

« Certes, les robots sont capables d’accomplir parfaitement certaines tâches, mais aucun n’approche la complexité d’un être vivant », expose José Halloy, chercheur au laboratoire interdisciplinaire des énergies de demain. Son équipe, qui rassemble des biologistes, des spécialistes de la modélisation, de la robotique et de l’intelligence artificielle, s’attache donc à concevoir des robots (cafards, poules, poissons…) qui ressemblent suffisamment aux animaux et émettent les bons signaux pour établir une relation avec ceux-ci. Car ce type d’interaction présente de multiples intérêts.

DES ANIMAUX MODÈLES ET MODÉLISÉS

« Les biologistes ont toujours un doute par rapport à l’aspect réductionniste des modèles mathématiques sur le comportement animal. Implanter ces modèles dans les machines permet en premier lieu de les valider », détaille le chercheur. Une fois le lien entre robots et animaux établi, il est par ailleurs possible d’utiliser le robot comme agent perturbateur pour étudier le comportement animal. « Nous avons par exemple montré chez les cafards qu’un robot pouvait influencer les décisions d’un groupe et même lui faire adopter des choix qu’il n’aurait pas fait autrement », précise José Halloy. Enfin, ces expériences obligent à créer des robots qui intègrent des modèles mathématiques non pas pour quelques tâches spécifiques mais pour tout ce qui permet d’évoluer dans un environnement et d’interagir avec les animaux.

VERS UNE INFORMATIQUE ORGANIQUE

Il se cache en outre derrière ces études un but ultime : mettre au point une informatique durable. Celle d’aujourd’hui consomme beaucoup d’énergie et des matériaux essentiellement non renouvelables. « Car rien n’est suffisamment inspiré du vivant, souligne José Halloy. Il faut donc repenser l’ensemble, en faisant par exemple appel à la chimie organique pour les matériaux et en réécrivant des algorithmes qui prendront en compte ces contraintes matière et énergie. Et pour le traitement d’information et la prise de décision, il faudra ainsi sans doute s’éloigner des modèles calculatoire et se confronter justement à l’intelligence naturelle. »

https://recherche.univ-paris-diderot.fr/actualites/le-robot-miroir-de-lanimal


Mycotoxin triggered cell suicide in plant

Plants are regularly victims of infections by pathogens, particularly by fungi. Crops as barley could be infected by phytopathogenic Fusariumspecies (Fig. 1) what triggers a lot of damages and money cost. The Fusarium fungi have the particularity to synthesize various mycotoxins in planta to succeed their infection. In our research, we aimed to understand the physiological impact on the plant cell triggered by an important mycotoxin: deoxynivalenol (DON). We choose to work on a very useful lineage of plant cell, the Nicotiana tabacumBright Yellow 2 (BY2). This cell culture is undifferentiated and “immortal” because the culture survives for a long time just thanks to a regular sub-cultured.

Publication

Early events induced by the toxin deoxynivalenol lead to programmed cell death in Nicotiana tabacum cells.
Yekkour A, Tran D, Arbelet-Bonnin D, Briand J, Mathieu F, Lebrihi A, Errakhi R, Sabaou N, Bouteau F
Plant Sci. 2015 Sep

 

En savoir plus