Armide David
Graduate Student

Ecole doctorale : Economies, Espaces, Sociétés, Civilisations (ED 382)

UFR Géographie, Histoire, Sciences de la Société

Directeur de thèse : Gérald Bronner

1ère année de doctorat

 

Théorie de l’évolution de Darwin mal comprise, existe-t-il une façon d’enseigner pour contrecarrer les a priori intuitifs ?

 

La théorie de l'évolution de Darwin a bouleversé notre approche du vivant et a provoqué une rupture épistémologique dans la conception que nous avions sur la nature. Aujourd'hui malgré les preuves scientifiques qui corroborent la théorie de l'évolution nos sociétés modernes sont encore confrontées à une remise en cause de cette théorie. Accepter que le processus de « sélection naturelle » fonctionne en termes de contingence et du hasard, sans aucune intention, aucune finalité, aucune planification, semble encore difficile à assimiler pour une bonne partie de la population mondiale dont la France. Nous savons que la théorie de l'évolution est contre-intuitive. Pour l'appréhender et la mobiliser à bon escient il faut dépasser l'intuition première et les préjugés afin de raisonner de manière intelligible et réflexive. En conséquence notre thème de recherche s'attachera à mettre en évidence comment le développement de la pensée critique et la réflexion sur les biais de cognition peuvent nous aider à mieux comprendre en quoi la théorie de l'évolution nous paraît être actuellement la plus solide scientifique. Cette thématique de recherche nous paraît d'autant plus intéressante à développer que cette théorie a toujours du mal à être assimilé et à être considéré comme un savoir-outil au service de l'analyse. Cette recherche a une visée heuristique et cognitive, que nous mettrons en œuvre en mobilisant une démarche compréhensive mais aussi en étant attentif à la dimension prescriptive. Nous chercherons en effet à expérimenter si en changeant la façon d'enseigner cette théorie nous pouvons contrecarrer ces effets intuitifs. Alors que nous vivons dans un monde qui valorise la culture savante, nous pouvons regretter qu'en France, notamment qu'une partie de notre jeunesse reste sensible à des pseudo-théories (par exemple aujourd’hui avec les théories du complot) et sont ainsi conduite à remettre en question les savoirs scientifiques transmis en classe. Aujourd'hui c'est un enjeu social et politique fort pour nos sociétés, c'est aussi un enjeu cognitif énorme pour l'éducation.

xyz_smap
1
Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com