SEM_8_01_2013
Article mis en ligne le 8 novembre 2013
logo imprimer

Thème « Innovations, efficacité énergétique, imaginaire et sobriété »

Le 8 janvier, de 14 à 17 heures, salle 454A du bâtiment Condorcet.

14h Grégoire Wallenborn (Indisciplinaire, IGEAT, ULB)

De la rationalisation des usages à la construction des pratiques d’efficacité et de sobriété énergétiques.

Il a longtemps été affirmé que des systèmes de feedback adéquats peuvent aider les particuliers à réduire leur consommation d’énergie jusqu’à 15%. Des études récentes montrent cependant que les économies d’énergie sont en fait de l’ordre de 2 à 4% dans les meilleurs cas lorsque les consommateurs ont clairement choisi leur utilisation. Ce résultat faible et inattendu s’explique par la grande hétérogénéité des consommateurs et la notion d’appropriation des dispositifs techniques dans la vie quotidienne. Après une brève analyse des hypothèses implicites présentes dans les modèles qui ont présidé à la mise en oeuvre des dispositifs de feedback et d’autres instruments d’intervention auprès des ménages, nous développerons un cadre d’interprétation non réductionniste basé sur la théorie des pratiques sociales. Nous conclurons par la nécessité d’aborder le thème de l’efficacité énergétique du point des vue des consommateurs à partir des pratiques, entités auxquelles les ménages donnent spontanément un sens.

14h30 Isabelle Moussaoui (Sociologue, GRETS-EDF)

A la recherche de la "culture énergétique" : attention énergétique dans les familles

La construction d’une pratique « d’attention énergétique » est un processus de longue durée, fait de transmissions, de ruptures, de construction de connaissances et savoir-faire, tout au long de la vie. La notion de « culture énergétique » apparaît dans quelques recherches sociologiques, mais reste encore largement un mystère : qu’est-ce qui fait qu’une personne est « énergivore » ou « modérée » en énergie ? En particulier, les notions d’âge, de générations, de cycles de vie, associées aux influences multiples qui jalonnent les biographies, permettent d’apporter des éclairages sur cette question. Nous présenterons les résultats de recherches réalisées par d’autres et par nous-mêmes, pour analyser les questions qui se posent et les éléments de réponse disponibles.

15h Pause café

15h30 Christophe Goupil (Physicien, LIED)

Efficacité énergétique et sobriété : la stratégie du koala est-elle payante ?

Les concepts d’efficacité énergétique et de sobriété sont rapidement devenus des

éléments centraux du discours sur l’énergie. Qu’il s’agisse de l’habitat, du transport ou

encore du secteur industriel, ces notions semblent largement définir les voies d’un

développement vertueux. Pour autant leurs définitions restent encore sujettes à caution et revêtent des contenus différents selon les auteurs. Ces concepts ne sont par ailleurs, ni indépendants ni monotones dans leurs effets. A la lumière de considérations thermodynamique élémentaires et de leur mise en œuvre chez certaine espèces animales, nous tenterons de dégager quelques règles et quelques bornes à ces concepts. En retour de ces observations techniques nous pourrons alors questionner certains usages ainsi que la place du citoyen, consommateur et usager.

16h Gérard Dubey (socio-anthropologue, TELECOM)

A la recherche de l’usager perdu : grands systèmes techniques et déréalisation du

rapport à l’énergie

Je poserai par hypothèse que la difficulté à passer de la connaissance (conscience) des limites du modèle énergétique actuel, à un changement effectif au niveau des pratiques, résulte d’un rapport au monde caractérisé par l’automatisme. Plus simplement, je m’efforcerai de montrer que l’habitude prise de déléguer à des systèmes dits « intelligents » le soin de penser et d’agir à notre place, pour commode et "pratique" qu’elle soit, tend à déréaliser la dépense énergétique. Cela se joue sur un plan simultanément imaginaire et phénoménologique. Dans ce contexte, il n’y aura pas de représentation de l’énergie, donc de réalité de la question énergétique, tant qu’il n’y aura pas de « ressenti » de l’énergie, de traduction de celle-ci au niveau le plus concret du corps et de la vie quotidienne.

16h30 Débats animés par Mathieu Arnoux (Historien, LIED) et Hervé Zwirn (Physicien, LIED)




Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28