SEM_11_12_2012
Article mis en ligne le 8 novembre 2013
logo imprimer

Thème « Des modèles prospectifs aux réseaux intelligents »

Le 11 décembre, de 14 à 17 heures, salle 454A du bâtiment Condorcet.

14h Jacques Treiner (Physicien, Pierre et Marie Curie)

Modélisations de l’évolution des systèmes énergétiques : comment les comparer ?

Compte tenu des enjeux de développement et des enjeux climatiques, de nombreux modèles économiques d’évolution des systèmes énergétiques voient le jour, dans le but de guider des prises de décision qui devront s’effectuer dans un contexte d’incertitude.

Quelques exemples montreront combien ces modèles sont aujourd’hui difficilement comparables. Cette constatation milite dans deux directions :

  • d’une part, assurer l’accès aux codes sources, aux données et aux hypothèses implicites, de sorte que les résultats soient reproductibles par des tiers,
  • d’autre part, élaborer des modèles simplifiés, des approximations macroscopiques de

dynamiques microscopiques complexes, condition pour permettre la compréhension des résultats et rendre le dialogue entre approches différentes possible.

14h30 Claude Grasland (Géographe, Paris Diderot)

Les modèles d’interaction spatiale et territoriale : application aux échanges internationaux.

Les modèles d’interaction peuvent constituer un objet fécond de dialogue entre les

sciences sociales et les sciences de la matière, mais à condition d’envisager un échange réellement bilatéral. Historiquement, les modèles d’interaction spatiale utilisées par les géographes et les économistes se sont en effet inspirés aussi bien du modèle gravitaire de Newton que des modèles d’entropie et de structures dissipatives de Prigogine. Mais ils se sont également développés de façon endogène aux sciences sociales, notamment à travers des recherches sur les écarts au modèle gravitaire que constituent les effets des barrière commerciales , les préférences linguistiques, les héritages coloniaux ... On peut désormais proposer une formulation plus abstraite du problème des échanges en les définissant comme la combinaison de facteurs d’interaction continus et discontinus dans le temps et dans l’espace.

15h Pause café

15h30 Mindjid Maïzia (Géographe, Tours)

Modélisation dynamique des consommations d’énergie à l’horizon 2050 : des

pratiques dans le logement à la courbe de charge des territoires

La principale difficulté pour simuler les niveaux de consommations à l’échelle territoriale découle des modalités d’articulations entre divers types d’entrées : des pratiques sociales dans les logements ou dans les transport au comportement physique des bâtiments. La recherche bute généralement sur le choix du mode organisationnel le plus pertinent possible induit par cette interdisciplinarité imposée. La présentation, à travers le modèle TOASTER (Technologie, Organisation et Adaptation des Systèmes Territoriaux Energétiques en Réseaux) a pour objet de montrer comment un formalisme en système permet de définir un mode opératoire de recherche adapté aux questions énergétiques et territoriales.

16h Yannick Phulpin (Ingénieur, R&D EDF)

La gestion de l’information dans les réseaux intelligents : orientations et implications

Les réseaux intelligents représentent un moyen pour accompagner la transition

énergétique à moindre coût, en utilisant des infrastructures de mesure, de communication, de prise de décision et de contrôle afin de faciliter l’exploitation des systèmes énergétiques.

Mais quelle est l’utilité des informations au coeur des réseaux intelligents ? A quels modes de gestion des données faut il s’attendre ? quelles sont les implications des différentes alternatives dans le cas des systèmes électriques ?

16h30 Débats animés par Gérald Bronner (Sociologue, LIED) et Hassan Peerhossaini (Energéticien, LIED)




Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28