SEM_26_06_2012
Article mis en ligne le 8 novembre 2013
logo imprimer

Thème « Réseaux intelligents »

Le 26 juin, de 14 à 17 heures, salle Klee (454 A) du bâtiment Condorcet.

14h José Halloy (LIED)

Que faire des humains au sein des réseaux intelligents ?

Le plus souvent, les discours sur les smart grids mettent l’accent sur les consommateurs ou les clients, présentés comme les principaux bénéficiaires de cette nouvelle approche « intelligente » des réseaux, sources d’un confort croissant, de coûts toujours plus bas, et de faibles émissions carbonées, et ce grâce à l’introduction de systèmes automatisés, domotiques et/ou connectés aux réseaux électriques, permettant une meilleure gestion de la demande par l’effacement de certains appareils ou la réduction de leur fonctionnement dans les périodes de pointes. Le consommateur y deviendrait un « acteur », doté d’informations transparentes le rendant capable de réduire ses consommations énergétiques, sous l’effet incitatif d’offres tarifaires et autres signaux prix. Afin d’envisager les réseaux énergétiques du futur, nos projets

interdisciplinaires se proposent de repartir de la réalité ethnographique observée par les sciences sociales pour élaborer des modélisations dynamiques, les simuler et les optimiser en tenant compte des trajectoires possibles d’évolution de ces systèmes et de les mettre à l’épreuve des réseaux de machines intelligentes.

14h30 Grégoire Wallenborn ( IGEAT)

La co-construction des réseaux intelligents et de leurs usagers.

Les réseaux intelligents constituent un thème de recherche idéal pour une approche STS (Sciences Techniques Société) : ce sont des objets en émergence. Par différentes méthodes et approches il est possible de suivre la manière dont les différents acteurs cherchent à matérialiser leurs intérêts dans différents objets ou infrastructures, et comment ces intérêts s’accordent ou s’opposent. Outre les acteurs existants, il convient de suivre l’émergence de nouveaux acteurs (les agrégateurs par exemple). Autre point important : envisager la transformation des modes de vie entraînée par la construction des réseaux intelligents. Certains énoncés insistent sur la nécessité de rendre les consommateurs « actifs ». Dans la mesure où les réseaux intelligents redéfiniront la production et la consommation d’électricité, il est crucial de comprendre ce qui est attendu des usagers finals, et notamment leur capacité à s’approprier les nouvelles technologies. Le passage d’une énergie de stock à une énergie de flux aura un impact sur les modes de vie.

15h Pause café

15h25 Andrei Nekrassov (EDF)

Evaluation économique des Smart Grids : enjeux et perspectives.

Les systèmes électriques sont exposés à une pénétration croissante des sources intermittentes décentralisées d’énergie (éolien, photovoltaïque) d’une part et au développement de nouveaux usages électriques (véhicules électriques, pompes à chaleur,…) de l’autre. Face à ces défis, afin de maintenir le niveau de sûreté de fonctionnement et de la sécurité d’approvisionnement, imposé par les pouvoirs publics, des renforcements des systèmes électriques à tous les niveaux (réseaux de distribution et de transport, parcs de production) sont inévitables. Développer des solutions « smart grids » (consistant à combiner les technologies « conventionnelles » du secteur

électrique avec celles de communication et de traitement d’information) pourrait apporter une flexibilité supplémentaire aux systèmes électriques, en évitant par conséquent une partie des investissements dans les réseaux et les parcs électriques. Sous cet angle, les Smart Grids, représentent ils une vraie alternative économique aux solutions « conventionnelles » de renforcement des infrastructures électriques ? Si oui, comment mesurer les bénéfices potentiels des Smart Grids et leurs coûts pour le système électrique ? Quelle est la place des expérimentations et des projets de démonstration dans ces évaluations, notamment pour la France et pour l’Europe ? La présentation fera l’état des lieux des réflexions industrielles et académiques sur ces sujets, en apportant, dans la mesure du possible, des éléments de réponse aux questions posées.

.

15h50 Patrice Geoffron (Dauphine)

Pourquoi et comment les réseaux intelligents intéressent-ils les économistes ?

Les réseaux intelligents induisent, pour les économistes, des problèmes complexes qui relèvent de la conduite « d’innovations systémiques ». Dans une telle configuration, le déploiement de l’innovation résulte de la bonne coordination des décisions de « parties prenantes » très nombreuses (des opérateurs de production d’électricité, aux consommateurs, en passant par les acteurs des technologies de l’information), coordination qui, progressivement, réduit l’incertitude et permet de faire émerger des modèles économiques soutenables. Mais, pour impulser ces décisions harmonieuses, une « boîte à outils » de régulation reste à élaborer, pour aligner les intérêts des « parties prenantes ». Perspective que les économistes s’efforcent d’éclairer.

16h15 Discussion animée par Guillaume Grégoire (MSC) et Yorgos Rizopoulos (LADYSS)




Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28