SEM_20_03_2013
Article mis en ligne le 8 novembre 2013
logo imprimer

Thème « Politiques publiques des énergies »

Le 20 mars, de 14 à 17 heures, salle Klee (454 A) du bâtiment Condorcet.

14h Joseph Szarka (Université de Bath)

Politiques publiques et énergies renouvelables : entre l’économique et le social ?

A partir de l’exemple de la diffusion de l’éolien, la présentation passe en revue les

principaux instruments de politique publique en direction des ENR (appels à l’offre, tarifs d’achat, certificats échangeables) pour démontrer les difficultés à prévoir les effets sociaux des mesures essentiellement économiques. En effet, l’étude comparative révèle que les interactions entre l’économique et le social varient non seulement en fonction de l’instrument choisi, mais aussi en fonction des pays. L’analyse du fonctionnement des politiques publiques envers les ENR nécessite donc le remplacement de l’approche dominante de la période récente – à savoir une entrée par les sciences économiques – par une approche pluridisciplinaire.

14h20 Alain Nadaï (CIRED)

Politiques éoliennes et paysage : une comparaison Allemagne, France, Portugal

Cette présentation compare les politiques et le développement éolien dans trois pays européens – France, Allemagne et Portugal – qui ont tous adopté le tarif d’achat pour soutenir le développement de l’énergie éolienne. L’analyse met en avant le rôle des pratiques paysagères dans l’émergence de réseaux sociaux intéressés à porter le développement éolien et distingue trois configurations de transition énergétique à partir de cette comparaison : l’actualisation (la continuité à partir de l’existant) en Allemagne ; la recherche d’un ré-équilibrage entre les niveaux local et national au Portugal ; l’enjeu d’une double décentralisation énergétique et paysagère en France, passant le plus souvent par la mise en échec des formes de gestion existantes.

14h45 Hubert Flocard (CSNSM)

Qu’apporte l’éolien à notre dispositif énergétique ? Un regard sur les données.

L’opposition locale au déploiement de l’éolien (sur terre et près des côtes) se focalise presqu’exclusivement sur son impact esthétique (effet NIMBY) ou sur les dommages qu’il pourrait causer à la faune. Or, ces aspects pèseraient bien peu si une pénurie électrique durable touchait le pays et si l’éolien avait la capacité d’y apporter une réponse efficace même partielle. Ce ne ce sont donc pas eux que nous allons aborder dans cet exposé. Partant des caractéristiques techniques de l’approvisionnement électrique d’une nation et d’un continent nous essayerons de montrer que, sur un territoire disposant d’une capacité d’interconnexion, l’éolien fournit une réponse qui aux plans énergétique, économique ou écologique ne justifie guère l’engouement qu’il suscite auprès du public et des médias en général et par voie de conséquence auprès des politiques.

15h10 Pause café

15h40 Ariane Debourdeau (IGEAT)

L’énergie solaire, promesse ou utopie ? Controverses et problématisations du photovoltaïque en France

L’histoire de l’énergie solaire photovoltaïque est jalonnée d’oscillations entre enthousiasme et désaffection voire, actuellement, mise à l’index. En effet, depuis une dizaine d’années, le solaire photovoltaïque a connu une expansion sans précédent à la faveur des tarifs d’achat. Les controverses récentes sont à la mesure de cet essor et pointent du doigt le coût collectif jugé « insurmontable » des dispositifs de soutien au développement du solaire. Or, une approche comparée des instruments de politique publique mis à nu par cette controverse donne à voir les enjeux de « bien commun » et les errements attachés à un certain mode de problématisation du photovoltaïque.

16h05 Josquin Debaz (GSPR)

Entre résilience et déplétion : politiques énergétiques et sociologie des controverses

Après un bref retour sur les outils sociologiques applicables à l’analyses des controverses, nous nous pencherons sur les enjeux d’une politique des choix énergétiques. Illustrés ici par les cas de l’éolien et du photovoltaïque, ces choix impliquent dans leur calcul tant la question de l’économie que celles du climat, de l’environnement et de la santé environnementale, de la concertation, etc. La montée des tensions autour de ces enjeux, parfois fulgurante comme dans le dossier des gaz de schiste, repose non seulement sur l’urgence de l’objet lui-même mais aussi sur la diversité des causes locales et internationales qui s’interconnectent dans le dossier, mettant en opposition différentes visions du futur et différentes hiérarchies des problèmes.

16h30 Discussion animée par Mathieu Arnoux et Laurent Limat




Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28