SEM_28_02_2012
Article mis en ligne le 8 novembre 2013
logo imprimer

Thème « Efficacité énergétique et modes de consommation »

Le 28 février, de 14 à 17 heures, salle Klee (454 A) du bâtiment Condorcet.

14h Hassan Peerhossaini (Polytech Nantes)

Quelles sciences pour faire évoluer les modes de consommation ?

Les questions liées à l’efficacité énergétique sont elles du domaine réservé des sciences pour l’ingénieur ? Qu’ont-elles à y faire les sciences dites fondamentales ? Et qu’attendre d’un dialogue avec les chercheurs du secteur sciences humaines et sociales ? Ces questions seront brièvement introduites pour guider les débats attendus par la suite.

14h15 Jean-Paul Gourlia (TOTAL)

L’efficacité énergétique est-elle uniquement technologique ?

L’efficacité énergétique, considérée comme un enjeu majeur dans le cadre de la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre, est l’objet de nombreux débats ; entre autres, des objectifs ont été définis au niveau de l’union européenne. Mais quel secteur économique doit-il accentuer ses efforts ? L’industrie, le transport, le tertiaire ? La solution réside certainement dans chacun d’entre eux, encore plus dans le comportement individuel et collectif.

14h40 Jean-Pierre Rognon (G2Elab)

L’électrification dispensera-t-elle de la sobriété énergétique ?

L’électricité occupe une place croissante dans le mix énergétique. L’électrification de certaines fonctions permet des gains importants d’efficacité, donnant l’espoir de relaxer des contraintes de sobriété. Des marges de progrès existent à tous niveaux de la chaîne électrique, de la production aux usages en passant par la distribution. Les développements dans ce domaine porteront sur les constituants et leur contrôle mais aussi sur les architectures de réseaux et la gestion des flux. Mais pourra-t-on se dispenser de l’implication des producteurs et des consommateurs par rapport à l’objectif de sobriété ?

15h15 Pause café

15h45 Bernard Saincy (GDF-Suez)

Innovation sociétale et lutte contre la précarité énergétique

1,3 milliard de personnes n’ont pas accès à l’énergie dans le monde. En Europe près d’un quart de la population est en situation de précarité énergétique. Comment réduire ces fléaux ? Quels rôles peuvent jouer gouvernements, institutions internationales, monde associatif et entreprises pour relever le défi de l’accès à l’énergie durable pour tous ? L’innovation sociétale est au cœur des réponses à ces défis. De nouveaux modèles d’affaires apparaissent centrés sur la réponse aux besoins des populations vulnérables de la « Base de la pyramide » et dans des logiques de création de valeur partagée. Ces modèles fondés sur des partenariats publics privés innovants, sur un dialogue sociétal organisé donnent lieu à des expérimentations. Quelle évaluation peut-on en faire ?

16h10 Aurélia Michel (SEDET)

Accès à l’énergie et développement : un regard non européo-centré

Le lien entre consommation et production d’énergie et développement est envisagé par les historiens, le plus souvent, à partir du modèle de développement industriel occidental. Or, l’histoire des sociétés des Suds permet de montrer des logiques et des réponses différentes face aux ressources énergétiques dans leur ensemble. D’autant plus dans des contextes de rareté énergétique, les modes de consommation expriment l’organisation des sociétés autour de l’accès et de la gestion des ressources. A travers un exemple mexicain, on montrera l’efficacité « sociale » particulière qui articule accès à l’énergie et consommation.

16h35 Discussion animée par Laurence Raineau et Eduardo Wesfreid




Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28