Séminaire thématique : Filière biomasse : une approche de « méso
Article mis en ligne le 14 janvier 2016
logo imprimer

SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED DU MARDI APRES-MIDI

Thème « Filière biomasse : une approche de « méso » économistes »

Le 15 mars de 14 à 17 heures, salle 454 A
Bâtiment Condorcet du campus Paris Diderot


Ce séminaire traitera de la « bioéconomie » à partir d’une approche mésoéconomique ». Deux exemples seront traités : celui de la « comptabilité verte » et celui la « fonctionnalité chimique de trois acides ». Dans les deux cas il s’agit de comprendre comment des innovations (organisationnelles ou techniques) sont en mesure d’offrir à des acteurs les pouvoirs nécessaires pour porter la transition vers une économie intégrant les contraintes énergétiques et écologiques.

14h Pascal GROUIEZ (Economiste, LADYSS UMR 7533, Paris Diderot)

De l’importance d’une approche méso-économique pour appréhender les transitions

La mésoéconomie est le niveau intermédiaire entre la macro et la micro. Il s’agit d’un espace où convergent et se confrontent les différentes contraintes et règles issues des politiques économiques (macro) et des comportements individuels (micro). L’objet de l’analyse « méso » est de comprendre la façon dont, sur la base de ces contraintes, des groupes d’acteurs (situés à des niveaux hétérogènes tels qu’un secteur, un territoire, une firme, un laboratoire de recherche, des regroupements professionnels) agissent, à partir des pouvoirs dont ils disposent ou qu’ils se forgent, pour instituer des marges de manœuvre influençant la macro et la micro.

Cette capacité d’agir à un niveau intermédiaire permet de porter des innovations organisationnelles et techniques préfigurant l’économie de demain. S’intéresser à la « méso » est nécessaire pour qui souhaite appréhender la transition vers une économie intégrant les contraintes énergétiques et écologiques.

14h30 Yulia ALTUKHOVA, (Gestionnaire, REGARDS EA 6292, URCA)

Intégration de la problématique environnementale dans la comptabilité agricole : étude de cas basée sur la méthode IDEA

Le domaine agricole nous fournit des exemples d’outils d’analyse et de suivi des innovations, comme la bioéconomie, à travers notamment des systèmes de comptabilité verte. Cette présentation, en s’appuyant sur une étude de cas concrète au sein de la Bergerie Nationale de Rambouillet, vise à comprendre comment une nouvelle méthode comptable orientée vers une durabilité forte permet d’accompagner les agriculteurs dans leur volonté d’innover vers des modèles productifs intégrants la contrainte énergétique.

15h30 Nicolas BEFORT et Martino NIEDDU, (économistes, REGARDS EA 6292, URCA)

Une analyse des stratégies et fonctionnalités attendues dans la transition vers une bioéconomie à partir des cas emblématiques de l’acide polylactique, succinique et lévulinique.

Les économistes et les chimistes utilisent le même terme de « fonctionnalité » pour désigner des dimensions différentes. Nous proposons d’analyser, en longue période, la façon dont les acteurs articulent fonctionnalités chimiques et promesses économiques en vue de faire émerger ou consolider des filières. Pour cela, nous mobilisons trois études de cas emblématiques tant par leur histoire que leur actualité.

16h Débat final. Animateurs : Michèle Descolonges (Sociologue, LIED) ; Mehrdad Nikravech (Génie des procédés, LSPM)



Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28