Transition(s) Énergétique(s) et Travail Humain
Article mis en ligne le 25 août 2017
logo imprimer
SÉMINAIRE THÉMATIQUE LIED

Thème « Transition(s) Énergétique(s) et Travail Humain »

Mardi 21 novembre 2017 de 14h à 17h30 heures, salle 454 A du bâtiment Condorcet de Paris-Diderot.

Un café d’accueil sera servi à partir de 13h30

Le travail humain a longtemps été le plus important des vecteurs de l’énergie dans l’économie. Quelle sera son évolution future dans la transition énergétique ? Mais aussi : Comment l’avenir du travail rendra-t-il ou non possible une transition socialement réussie ? Ce séminaire fait écho à celui de mai 2017 sur l’exercice de scénarisation de la transition énergétique. Nous nous interrogerons au regard de l’histoire passée, mais également avec l’analyse économique, le point de vue d’un syndicaliste et l’apport d’un roboticien.

14h00 Philippe QUIRION (Économiste, CIRED)

Le scénario négaWatt 2017 : une étude de contenu en emploi

Nous étudions l’impact sur l’emploi en France de la mise en œuvre du scénario de transition énergétique construit par l’Association négaWatt, qui prévoit un développement massif des économies d’énergie (par le biais de mesures de sobriété et d’efficacité énergétiques) et des énergies renouvelables. Nous calculons l’effet sur l’emploi de sa mise en œuvre en comparaison avec un scénario tendanciel. La méthode consiste à calculer le coût des principales options techniques et organisationnelles retenues, à ventiler ces coûts entre les branches de l’économie française et à multiplier ces coûts par le contenu en emploi de chaque branche, estimé par une analyse input-output. La mise en œuvre du scénario négaWatt aboutit à un effet positif sur l’emploi, de l’ordre de 100 000 emplois équivalent temps-plein en 2020 et 600 000 en 2050.

14h25 Nicolas HATZFELD (Historien, Univ. Evry)

Évolutions du travail et des fabrications : une contextualisation nécessaire

Au cours des années 1990-2000 s’est développée dans le monde du travail, en France comme dans bien des pays occidentaux, une épidémie de pathologies périarticulaires suivie d’une montée de ce qu’il a été convenu d’appeler les risques psychosociaux. Ce moment, que l’on peut voir comme une crise du travail, est pour partie en relation avec de nouvelles formes d’organisation liées à la progression de l’informatique et de l’automatisation. Il doit sans doute être aussi vu au regard d’évolutions de l’emploi, voire des fabrications. Ces questions seront appliquées au cas emblématique d’usines automobiles. Au-delà du moment évoqué, on cherchera à prendre en compte ces enjeux sur un temps plus long, à l’échelle du XXe siècle.

14h50 Pause-café

15h20 Philippe GARREC (Roboticien, CEA/LIST)

Acquis et promesses des exosquelettes : les enjeux de la collaboration physique homme-machine

Les exosquelettes sont des machines collaborantes éventuellement mobiles qui peuvent soit entraîner un patient atteint de déficience motrice ou bien produire des efforts d’assistance pour l’utilisation industrielle. Le Laboratoire de Robotique Interactive du CEA LIST mène des travaux sur ce sujet depuis une quinzaine d’années tant sur le membre et à contribuer à plusieurs démonstrations dans le cadre de projets scientifiques, industriels ou lors de présentations publiques. L’objet de cette présentation est d’expliquer certains enjeux scientifiques et techniques propres à ces machines de même que les progrès qu’on peut en espérer tant pour la connaissance de l’homme que pour l’amélioration de la technologie et la sûreté des machines.

15h45 Alexandre GRILLAT (CFE-CGC)

Les Transitions Professionnelles au Cœur de la Réussite de la Transition Énergétique

Face aux enjeux de compétitivité et de sécurité énergétiques mais aussi pour répondre au défi climatique et à l’impératif industriel, la transition énergétique doit impérativement être pragmatique, rationnelle et responsable… loin de tout dogme.

Intelligente en reposant sur les chevilles ouvrières que sont les industries électriques et gazières et en donnant la priorité à la décarbonation, à l’efficacité énergétique et aux transports, et non au remplacement du nucléaire par les énergies renouvelables ! Mais cette transition énergétique sera un fiasco si elle oublie les salariés. Elle doit faire de l’emploi et des compétences ses priorités, en engageant une dynamique de progrès social, en soutenant les filières industrielles, en organisant les transitions professionnelles… pour que transition rime avec réindustrialisation et création d’emplois qualifiés et durables !

16h10 Débat final. Animateurs : Mathieu Arnoux (Historien, LIED) et Eric Herbert (Physicien, LIED)




Contact Espace rédacteurs puce

RSS Valid XHTML 1.0 Strict

2013-2017 © Laboratoire Interdisciplinaire des Energies de Demain - Tous droits réservés
Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.28